Cathédrale

La cathédrale de Trier (Trèves) se situe au cœur du centre-ville. Elle a été construite sur un ancien palais de l'époque de l'empereur Constantin et représentait au début du 4e siècle la plus grande église chrétienne de l'antiquité.

La cathédrale actuelle de Trier (Trèves) a été construite sur un ancien palais de l'époque de l'empereur Constantin. Après le dernier séjour de Constantin à Trèves en 328/329, le palais fut détruit et recouvert en 330 par la plus grande église chrétienne de l'antiquité. Celle-ci était quatre fois plus grande que la cathédrale actuelle et recouvrait la surface de la cathédrale, de l'église Notre-Dame, du parvis entier et des maisons avoisinantes y compris leurs jardins, atteignant ainsi pratiquement la place du Marché.

La cathédrale actuelle contient encore un noyau romain avec des murs originaux atteignant 25,88m. L'énorme fragment d'un pilier de granit à l'entrée de la cathédrale témoigne également de l'origine romaine de l'église. Après des destructions au 5e et au 9e siècle, le noyau resté intact fut de nouveau agrandi par des extensions romanes - avec ses trois cryptes, son cloître, le trésor et la salle des reliques, la cathédrale présente aujourd'hui architecture et art témoignant d'un laps de temps de plus de 1650 ans.

La partie sud de la double église romaine fut démolie vers 1200 et totalement remplacée par l'église Notre-Dame de style ogival primaire. En surface, il n' y a plus rien de romain mais sous terre s'étalent de vastes vestiges archéologiques romains (non accessibles au public) et plusieurs colonnes en faisceau reposent sur des fondations romaines. L'église du Moyen-Âge ne suit toutefois plus le plan d'ensemble de la longue basilique à trois nefs mais ressemble plutôt à une rotonde avec une voûte en croix et quatre portails correspondants, complétés dans les écoinçons par huit niches à autels arrondis si bien que le plan d'ensemble ressemble à une rose à douze feuilles, symbole de Marie, la rose mystique mais aussi référence aux douze tribus d'Israël et aux douze apôtres. Les apôtres, de même que les douze articles du credo apostolique sont reportés sur les piliers porteurs de façon à n'être complètement visibles que d'un seul point, celui marqué d'une pierre noire au sol. L'optique fascinante va de pair avec l'acoustique impressionnante.

En se rendant vers l'extérieur, le visiteur cotoie des signatures de tailleurs de pierre et de graffiti vieux de sept siècles, le portail ouest riche en personnages, le palais de l'évêque, le palais Kesselstatt et la porte marquant la limite de l'enceinte de la cathédrale.

Informations supplémentaires

Dom-Information, Tél. +49 651 9790790, Fax +49 651 9790799
Site Internet de la cathédrale: www.trierer-dom.de