Le Parc de Nells Ländchen

Une visite du parc "Nells Ländchen" situé en périphérie de la partie nord de la ville représente un véritable divertissement.

Des témoins des époques passées nous ouvrent les yeux sur les particularités des temps révolus: un parc historique dans un style préromantique anglais-hollandais qui malgré tout son naturel remplit tout de même les attentes esthétiques, tout en laissant transparaitre une sensibilité différente dans l'art d'aménager les jardins en ce début 18e siècle. C'était l'époque où l'on pouvait percevoir le désir de vouloir libérer l'art d'aménager et de décorer les jardins des vieilles entraves millénaires de la pratique géométrique. C'était la période d'un épanouissement libéré d'une nature merveilleuse et pittoresque.

A la place des bassins géométriques et des cascades apparaissent de petits ruisseaux sinueux qui coulent dans des étangs paisibles, où se reflètent de blanches fleurs de nymphes et qui abreuvent gentiment de leurs flots les bosquets et les massifs de rhododendrons. Sur l'eau, les gondoles se croisent, pour qui cherche à se rafraîchir lors des journées chaudes. Les allées rectilignes ont fait place à des chemins sinueux passant par de petits ponts aux parapets gracieusement décorés, à côté de kiosques romantiques et de statues colorées lançant des regards sublimes. Il y avait même un petit ermitage, élément idyllique et typique pour cette époque et qui fait aujourd'hui fonction de petit moulin.

Le parc porte le nom de son créateur et financier Nicolas von Nell, chanoine à la fondation de St Paulin, qui fit l'acquisition des terres appartenant autrefois à l'ordre des chevaliers teutoniques.

Le terrain, constamment inondé par l'eau provenant du mont Grüneberg et du ruisseau de Avelerbach, depuis Tarforst, fut en partie assaini. Des fossés furent creusés pour dévier l'eau vers la Moselle. C'est ainsi que sont apparus étangs et îlots. Le nom de Gotthard, un jardinier trévirois, est également associé au parc et aux jardins potagers. Il mit son expérience professionnelle hollandaise au service de von Nell.

Le parc fut achevé en 1801. Grâce à l'archiviste national parisien Armand Gaston Camus, nous bénéficions d'une véritable description détaillée des curiosités. Il vint visiter la province annexée par la France et fit les louanges tant de la beauté du parc que de son créateur von Nell, comme étant un homme véritablement passionné de jardin. Parmi les traditions orales légendaires, on peut citer la visite du parc par Napoléon, qui offrit au jardinier Gotthard mentionné ci-dessus en reconnaissance de son travail un service de table envoyé de France.

Malgré certaines modifications apportées au cours des 200 ans, Nells Ländchen a conservé l'essentiel de son caractère naturel et de son originalité.