Ancient Couvent de Ste-Irmine

Les greniers romains le long de la Moselle constituent les fondations de Ste Irmine. A l'époque romaine, le trafic fluvial était déjà très important. A proximité de la rive furent construits de grands greniers, les dénommés "Horrea". Ces halles sont passées plus tard de la propriété romaine à la propriété des rois francs. Le roi Dagobert I. (622-638) a offert ces bâtiments à l'archevêque de Trier (Trèves) Modoald, qui y fonda un couvent de bénédictines.

Les abbesses furent Modesta, une parente de Modoald, puis plus tard la fille de Dagoberts II, Sainte Irmina (707). De grandes modifications architecturales furent entreprises au couvent, aussi bien au 12e siècle qu'au 18e siècle.

De 1768 à 1771, on construisit une église semblable à une salle selon les plans de Jean Antoin et qui porta le nom de Sainte Irmine. Le couvent de femmes exista jusqu'en 1802. Plus tard, sous le commandement de Napoléon, les bâtiments furent utilisés pour d'autres fonctions, en partie encore actuelles aujourd'hui: ils devinrent des hôpitaux et des hospices pour personnes âgées. Pour le visiteur, c'est surtout l'aile ouest du bâtiment qui est intéressante. Après avoir été détruite pendant la guerre, elle a été merveilleusement réaménagée.